Evenements passes bouton inscription
Événements passés

 

L'émission "Orthodoxie" sur France 2 consacrée à la 63e Semaine liturgique à l'Institut Saint-Serge (26 mars 2017)

 

émission orthodoxieFrance 2 a consacré un reportage sur la "63e Semaine d'études liturgiques", qui s’est tenue à l’Institut Saint-Serge (27-30 juin 2016), dans le cadre de l'émission de télévision "Orthodoxie", réalisée par l'archiprêtre Nicolas Ozoline.

 

L'émission a été diffusée dimanche le 26 mars à 9h30 et pourrait être visionnée pendant une semaine sur ce lien.

 

 

 


 

Vidéo : Olga Lossky « L’interprétation de la spiritualité hésychaste chez Élisabeth Behr-Sigel » (9 février 2017)

 

 

Le jeudi 9 février 2017, l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge a organisé une soirée consacrée au thème « Réflexions contemporaines sur l’hésychasme ».

 

Dans ce cadre, Olga Lossky, écrivain et auteur d’une biographie d’Élisabeth Behr-Sigel, a prononcé une conférence sur « L’interprétation de la spiritualité hésychaste chez Élisabeth Behr-Sigel ».

 

Vous pouvez visualiser la vidéo de la conférence ci-dessous.

 

 

 


 

Vidéo : Tim Noble « Le père Alexandre Men et la tradition d’Optino » (9 février 2017)

 

 

Le jeudi 9 février 2017, l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge a organisé une soirée consacrée au thème « Réflexions contemporaines sur l’hésychasme ».

 

Dans ce cadre, Tim Noble, enseignant et chercheur à l'Université Charles de Prague, a prononcé une conférence sur « Le père Alexandre Men et la tradition d’Optino ».

 

Vous pouvez visualiser la vidéo de la conférence ci-dessous.

 

 

 

 


 

Vidéo : Ivana Noble « L’hésychasme dans les œuvres du père Lev Gillet et du métropolite Kallistos (Ware) » (9 février 2017)

 


Le jeudi 9 février 2017, l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge a organisé une soirée consacrée au thème « Réflexions contemporaines sur l’hésychasme » (voir l'album photos).

 

Dans ce cadre, Ivana Noble, professeur de théologie à l'Université Charles de Prague, a prononcé une conférence sur « L’hésychasme dans les œuvres du père Lev Gillet et du métropolite Kallistos (Ware) ».

 

Vous pouvez visualiser la vidéo de la conférence ci-dessous.

 

 

 


 

Séance solennelle de l'Institut Saint-Serge du 15 octobre 2016

 

Séance solennelle Saint-Serge 2016

Le samedi 15 octobre 2016, a eu lieu la séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge sous la haute présidence de son Eminence l'Archevêque Jean de Charioupolis (voir l'album photos). Après la prière, le doyen de l’Institut, le Réverend Archiprêtre Nicolas Cernokrak a pris la parole commençant par saluer la présence de différentes personnes venues honorer cet événement solennel de l'Institut Saint-Serge. Décrivant les différentes activités de l’Institut au cours de l’année passée, le Père Nicolas a notamment insisté sur le rayonnement de l’Institut à travers l’activité scientifique de son corps professoral. Finalement, Sophie Stavrou, maître de conférences à l'Institut, a prononcé le discours académique sur le thème « L'étude du grec : un réveil de la conscience théologique ». La rencontre s’est terminée autour d’un convivial verre de l’amitié.

 


 

Accord de collaboration avec la Faculté de théologie de Fribourg (Suisse) (7-8 octobre 2016)

 

accord FribourgLes vendredi 7 et samedi 8 octobre 2016, deux jours ont été consacrés à une rencontre doctorale intitulée « Penser en diaspora. Découverte des archives de l'Institut St-Serge, Paris » entre enseignants et doctorants de l’Institut Saint-Serge d’une part, et de l’Institut d’études œcuméniques de l’Université de Fribourg (Suisse) d’autre part (voir l'album photos). Ces étudiants, emmenés par le Recteur émérite p. Guido Vergauwen, Mme le professeur Barbara Hallensleben, professeur de dogmatique et de théologie œcuménique, ainsi que Mme le professeur Astrid Kaptijn, professeur de droit canon et Vice-rectrice de l'Université de Fribourg, étaient aussi accompagnés par des étudiants de l’Institut d’Études supérieures en théologie orthodoxe de Chambésy (Genève).

 

Le doyen de l’Institut Saint-Serge, le p. Nicolas Cernokrak a accueilli ce groupe d’une vingtaine d’étudiants et d’enseignants et leur a expliqué le fonctionnement actuel de l’Institut. Après une présentation mutuelle des recherches des doctorants présents, les professeurs Michel Stavrou et André Lossky ont donné une conférence sur « l’héritage vivant de Saint-Serge pour toute l’Église orthodoxe : Quels défis pour un enseignement de la théologie orthodoxe en France ? ». Une intervention en miroir sur « la signification de l'héritage de Saint-Serge pour les Églises de l'Occident » a été donnée par Mme Barbara Hallensleben et par le diacre Augustin Sokolovski. Puis ont eu lieu les vigiles de la fête de saint Serge de Radonège, le saint patron de l’Institut.

 

fête St SergeLe lendemain matin, les étudiants et enseignants des trois instituts ont assisté à la Divine Liturgie de la Saint-Serge, qui était présidée par l’Archevêque Jean de Charioupolis et à laquelle participaient le Doyen de l’Institut, le Recteur de la paroisse homonyme, le père Vladislav Trembovelski ainsi que de nombreux prêtres et diacres amis de l’Institut. Après le repas festif auquel tous étaient conviés, une présentation des archives de l’Institut a été donnée par M. Goran Sekulovski, chargé de cours en patrologie et responsable de la bibliothèque. La journée s’est achevée par la signature officielle d’un accord de collaboration entre l’Institut d’études œcuméniques de l’Université de Fribourg et l’Institut Saint-Serge.

 

 


 

92e rentrée académique de l’Institut Saint-Serge (24 septembre 2016)

 

Rentrée 2016_2017Le samedi 24 septembre 2016, la 92e rentrée académique de l’Institut Saint-Serge (voir l'album photos) a commencé par la célébration de la Divine Liturgie, celle-ci étant présidée par le doyen de l’Institut, l’archiprêtre Nicolas Cernokrak, ainsi que des prêtres concélébrants, enseignants et étudiants de l’Institut, et des fidèles venus pour la fête. Après la Divine Liturgie, le doyen de l’Institut, en présence des enseignants, a accueilli les nouveaux étudiants lors de la séance académique de rentrée en présentant les résultats de l’année académique précédente et les perspectives de la nouvelle année 2016-2017. A l’issue de l’année scolaire 2015-2016 six étudiants à distance ont achevé leur cursus en théologie orthodoxe de niveau Licence, deux étudiants ont fini leur cursus de cycle Master et deux autre de Doctorat.


Cette année, l’Institut accueille six nouveaux étudiants réguliers en 1re année du cycle de niveau Licence et une dizaine d’auditeurs libres. Quatre nouveaux étudiants sont inscrits en 1re année du cycle de niveau Master et deux auditeurs libres. Enfin, quatre nouveaux candidats souhaitent poursuivre leurs études à l’Institut dans le cadre du cycle de niveau Doctorat.


Dans son discours de rentrée, le père Doyen a souligné le fait que l’Institut a repris cette année l’ensemble de ses activités académiques. La crise que vient de traverser l’Institut, et dont il commence juste à sortir, a rendu nécessaire d’en redéfinir ses activités et son organisation, afin de lui assurer un futur sur le long terme. Ce plan prospectif, doit dans tous les cas viser une restructuration qui permettra de réaffirmer la vocation propre de l’ITO : d’accroître son efficacité et de garantir sa pérennité.   

 


 

Université de rentrée de l’Institut Saint-Serge (22-23 septembre 2016)

 

La dynamique panorthodoxe et le Saint et Grand Concile

 

Université de rentrée 2016C’est sur le thème de la conciliarité et du dialogue entre les Églises que l’Institut Saint-Serge a rouvert ses portes, les jeudi 22 et vendredi 23 septembre 2016 (voir l'album photos). Thème de prédilection de plusieurs générations de théologiens qui ont animé les recherches à l’Institut Saint-Serge pendant le XXe siècle, la notion de conciliarité a été envisagée sous différents aspects, au travers des interventions de plusieurs conférenciers.
Le P. Nicolas Cernokrak, Doyen de l’Institut Saint-Serge et Professeur de Nouveau Testament, a ouvert le colloque en saluant les participants et en se réjouissant de la reprise des cours à l’Institut, après une année de suspension et de réflexion. Il a accueilli chaleureusement Son Éminence Jean de Charioupolis, Archevêque des Églises orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale, Exarque du Patriarche œcuménique. L’Archevêque Jean a encouragé les responsables de l’Institut à œuvrer avec foi pour l’enseignement et la recherche théologiques, éléments indispensables de la vie de l’Église.

 

La première conférence a été assurée par l’Archevêque Jean lui-même, qui a apporté un Point de vue sur le Concile. L’Archevêque, en effet, a été l’un des membres du Concile de Crète, au sein de la délégation du Patriarcat œcuménique. Les participants du colloque ont eu ce grand privilège d’entendre son récit du déroulement du concile, jour après jour, c’est-à-dire de la bouche même de l’un de ses membres. L’Archevêque Jean a non seulement commenté plusieurs décisions conciliaires finales, mais également donné des précisions sur la manière dont les débats se sont déroulés : essentiellement sereins, joyeux même, les débats ont eu lieu dans un climat de fraternité, malgré la diversité des langues et des traditions. Au terme de l’intervention du conférencier, l’assistance a demandé comment les participants du concile de Crète avaient réagi à l’absence des délégations de quatre Églises autocéphales (Antioche, Russie, Bulgarie, Géorgie). L’Archevêque Jean a répondu que ces absences, difficilement compréhensibles selon lui, ont été prises au sérieux par les primats des Églises ; tous ont émis le vœu que les Églises qui étaient absentes puissent se joindre au cheminement conciliaire dans l’étape actuelle de réception.

 

L’après-midi du jeudi, M. Michel Stavrou, professeur de Théologie des Dogmes, est intervenu sur La dynamique de réception du Concile panorthodoxe de Crète. Son intervention était divisée en deux parties : d’une part, un exposé sur les jalons historiques de la préparation du Concile panorthodoxe de Crète et, d’autre part, une analyse du sens du processus de réception qui ne fait que commencer. Le conférencier a souligné que la clôture du concile marquait l’accomplissement de la moitié du chemin, mais l’autre moitié reste à faire : dans les Églises locales, les documents approuvés par le concile doivent maintenant faire l’objet d’une prise de connaissance et d’un assentiment, tacite ou non, de ce qui a été décidé en Crète. Cette réception doit être critique dans le sens constructif du terme en faisant référence à la sainte Tradition ecclésiale, le peuple de Dieu, instruit par ses évêques, étant le gardien de la foi orthodoxe (encyclique des patriarches orientaux de 1848) ; et nul ne peut présager de ses résultats. Peut-être certains documents seront-ils mieux accueillis que d’autres. Seul l’avenir le dira, mais cet avenir est entre les mains des évêques locaux qui sont appelés à porter à la connaissance de leurs fidèles le résultat des délibérations conciliaires, notamment pour dissiper les rumeurs malveillantes des courants intégristes. L’absence de quatre Églises autocéphales n’entache pas le caractère panorthodoxe du concile. Le processus de retour à une vie ecclésiale plus conciliaire semble désormais irréversible ; en cela, le concile de Crète est un franc succès. Les participants ont posé la question du contenu des décisions conciliaires finales et ont voulu savoir ce qui, pour l’Église d’aujourd’hui, peut changer grâce aux décisions du concile de 2016. En somme, y a-t-il quelque chose à recevoir de ce concile ? Selon le conférencier, le document qui apparaît le plus original et novateur est celui qui traite de « La mission de l’Église orthodoxe dans le monde contemporain » ; en revanche, dans notre contexte de minorité chrétienne en Europe occidentale, le document sur la relation aux autres chrétiens ne suscite pas un grand enthousiasme : la question de l’engagement œcuménique demeure un point de tension entre les diverses Églises orthodoxes selon leur situation.

 

Le vendredi 23, au matin, le P. Christophe D’Aloisio, ancien élève de l’Institut Saint-Serge et professeur à l’Institut de Théologie orthodoxe Saint-Jean de Bruxelles, a donné une conférence sur Concile et catholicité de l’Église. L’intervention a porté principalement sur la théologie des conciles : l’exposé a consisté en une exploration des éléments néotestamentaires qui amènent à considérer la nature conciliaire de l’Église et le lien entre ecclésiologie et christologie. Le conférencier a donné une généalogie des formes conciliaires adoptées par les Églises à travers l’Histoire ; il apparaît que les synodes ou conciles sont des institutions essentielles de l’Église, mais qui prennent en considération le contexte historique : des invariants sont à retenir, mais des éléments contingents de l’Histoire ancienne ne sont probablement plus opérants pour aujourd’hui. Ce n’est pas en imitant les formes extérieures des conciles du premier millénaire que les orthodoxes d’aujourd’hui manifesteront la catholicité de l’Église, mais en s’inspirant de la démarche que l’Église a adoptée face aux défis de l’Histoire ancienne. L’intervention a mis particulièrement en valeur l’apport du théologien Nicolas Afanassieff (1893-1966), qui a été professeur à l’Institut Saint-Serge jusqu’à sa mort, il y a tout juste 50 ans.

 

La conférence du vendredi après-midi a été assurée par le P. Jivko Panev, Maître de conférence en Tradition canonique et Histoire des Églises locales. Intitulée Préparation du Concile : 1923-2016, l’intervention s’est présentée sous forme d’une pièce en cinq actes. Le conférencier a analysé avec minutie l’histoire de la préparation du concile, depuis le milieu du XIXe siècle, jusqu’à ce jour ; il a enrichi son exposé de riches illustrations visuelles des XIXe, XXe et XXIe siècles, tout en regrettant que les sources du travail préconciliaire et conciliaire soient encore si éparses et difficiles d’accès. Il a abordé également les raisons réelles qui sont sous-jacentes à l’absence, en Crète, de certaines Églises autocéphales, en particulier le Patriarcat de Moscou.

 

 


 

Habilitation à diriger des recherches (17 septembre 2016)

 

HabilitationLe 17 septembre 2016 M. Michel STAVROU, professeur de Théologie des dogmes à l’Institut Saint-Serge, a présenté ses travaux en vue de l’Habilitation à diriger des recherches (HDR) à l’Université de Strasbourg, sur le thème « La théologie byzantine du XIIIe siècle, ses sources patristiques, sa réception ultérieure et son rôle dans la rencontre entre les Églises grecque et latine : de l’affrontement médiéval au dialogue œcuménique contemporain ».

 

Le jury d’habilitation était composé de Mme Françoise VINEL (Université de Strasbourg, garante), le père Marcel METZGER (Université de Strasbourg, président), le père Joseph FAMERÉE (Université Catholique de Louvain), M. Antonio RIGO (Université Ca’ Foscari de Venise) et M. Syméon PASCHALIDES (Université Aristote de Thessalonique).

 

HabilitationLa discussion portait sur les trois sujets principaux qui occupent l’intérêt scientifique et théologique de M. Stavrou : la théologie du Saint-Esprit (en particulier la pneumatologie de Nicéphore Blemmydès et de Grégoire de Chypre), la conception byzantine de la primauté universelle et leur rôle dans le dialogue gréco-latin, avec les implications sur le dialogue œcuménique d’aujourd’hui.

 

Parmi les auditeurs se trouvait le Doyen de l’Institut Saint-Serge, l’archiprêtre Nicolas  CERNOKRAK, ainsi que trois autres membres du Corps enseignant de l’Institut Saint-Serge, M. Joost VAN ROSSUM, Mme Sophie STAVROU et M. Anatole NEGRUTA.

 

 


 

Lettre d'information de l'Institut Saint-Serge pour la rentrée 2016-2017 (30 août 2016)

 

Nous sommes heureux de vous adresser, à l'occasion de la rentrée académique 2016-2017, la lettre d'information du Doyen et du Président de l'Institut. Elle marque, comme nos équipes l'avaient promis, le retour de notre école à son plein régime d'activité.
D'autres lettres suivront désormais pour vous tenir régulièrement informés de l'avancement de notre plan de réformes.
N'hésitez pas à nous faire part de vos réactions qui représentent pour nous une part essentielle de votre contribution et soutien à la vie et au futur de Saint-Serge. Pour soutenir l'Institut, vous pouvez télécharger et remplir le bon de soutien.
Vous souhaitant une agréable lecture, une bonne rentrée pour vous-mêmes et vos proches ainsi qu'un fécond début de l'année liturgique.



 

Contact | Aidez-nous | Mentions légales

© Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge • 93, rue de Crimée, 75 019 Paris • Tél. : 01. 42. 01. 96. 10 • Télécopie 01. 42. 08. 00. 09 • Contactez-nous